Démontagnée 2017

Publié le lundi 16 octobre 2017 à 17h24
  • Retour des alpages Peisey-Vallandry
  • demontagnee-1-1323
  • demontagnee-2ter-1326
  • demontagnee-3-1329
  • demontagnee-4-1327
  • demontagnee-1bis-1321
  • demontagnee-2-1324
  • demontagnee-1331
  • demontagnee-2bis-1325
  • demontagnee-5-1328
  • demontagnee-6-1330
Pentathlon de Peisey Edition 2017
 

La plus grosse organisation du mois d’octobre dans cette vallée atypique à bien des points de vue. 

 
Épreuve réservée à des équipes locales exclusivement féminines : maquillage et colliers obligatoires. 
Plus de 200 participantes involontaires et néanmoins sérieusement motivées à en découdre. Leur enthousiasme n’a d’ailleurs pas laissé aux organisateurs le temps de distribuer les dossards.
Les ouvreurs ont même dû faire fissa*.
 
Programme :
Enchaînement de cinq épreuves (pour ceux qui ont oublié ce que veut dire pentha en grec) . La formule antique était : disque, javelot, saut, course et lutte. 
Le comité de direction a préféré adapter les épreuves au panel spécifique des participantes  modernes.
Pour de sombres questions de sécurité (à ces normes et ces assurances !) on a renoncé à regret au disque et au javelot. La lutte étant réservée à des compétitions spécifiques avec un grandiose final à Aoste, on en est resté à  : course, saut, nage, saut d’obstacle, élégance) : 
(A noter qu’il n’y avait pas de possibilité de reconnaitre la veille le parcours avec son entraineur) 
 
- Première sélection, départ en ligne : dévaler les prés pentus et passer sur un petit pont dans une belle cohue : peu de participantes toucheront les planches ! 
- Un tour du terrain de foot à Mag 20 ( le danger dans ces célèbres virages que seules les championnes savent négocier sans s’y reprendre : rester planté dans la tourbière)
- Plongée  et traversée d’un lac : eau fort fraîche, galets glissants : un milieu peu pratiqué, des surprises. 
- Parcours en zigzag entre les mélèzes et les tables de pique-nique, (zone de refuge du public)  Passage derrière le relais-ravitaillement où les flashes crépitent mais où l’on ne vous donne que des bravos, le vin chaud étant réservé au public.
- Arrivée nécessairement toujours pimpante au pré de départ  pour enfin trouver quelque chose à se mettre sous le museau. 
Le tout à quatre pattes et avec une grosse cloche au cou (handicap pour les athlètes hors norme : 10 litres de lait)
Meilleur temps : 6 mn. Record à battre.
On félicite les participantes moins en forme qui ont néanmoins tenu à franchir la ligne d’arrivée dans un bel esprit participatif, avec 2 mn de retard. 
Un classement spécial pour les doyennes qui ont préféré brouter en route : quel bel esprit que de transmettre l’élan aux plus jeunes sans se faire mousser. 
 
Ce parcours athlétique s’appelle à Peisey « la Démontagnée ».
Il connaît chaque année plus de succès : temps idéal pour cette édition 2017, dans le décor rutilant du coucher de soleil sur les glaciers. Les inscriptions sont déjà closes pour l’an prochain.
 
Le public surchauffé n’a quitté la vallée que le lendemain au lever du jour, après bon repas et des danses endiablées toute la nuit. 
Dommage : les athlètes n’ont pas participé aux agapes. (Occasion ratée de refaire la salle des fêtes de fond en comble) : elles étaient aux mains de leurs soigneurs, dont nous saluons le talent !

(*on a frisé le couac : le personnel technique canin aurait souhaité déposer un préavis de grève pour « manque de clarté des directives ». Le calme est revenu après assurance du versement d’une prime-croquettes, pérennisée par un accord d’entreprise. Il est bien connu qu’en Savoie, clin d’œil, parole donnée et franc coup de patte valent mieux que grosse paperasse)

M-N. P-C.