Sagas Familiales

Qu’ils soient fruitiers, commerçants ou restaurateurs, tous ont un point commun : ils sont les témoins vivants de l’héritage de Peisey-Vallandry. Découvrez ces acteurs économiques du territoire, qui écrivent l’histoire de votre destination depuis plusieurs générations.
  • Famille Pocard  - © Elliot Gieu
Crédit photo : Elliot Gieu

Le GAEC Alpin

Né en 2006 de l’union des GAEC de Croix-Bozon (famille Scalia) et du Vallon des Rossets (famille Poccard), le GAEC Alpin de Peisey-Vallandry est le témoin d’une aventure familiale unique, qui perdure dans le temps. La structure est aujourd’hui composée de 5 associés issus des deux familles qui sont Pierre Poccard, Clément Poccard, Anaïs Poccard, Catherine Scalia et Jérôme Scalia. Pierre et Catherine sont frères et sœurs. Clément et Anaïs sont les deux premiers enfants de Pierre et Anne-Sophie Poccard et Jérôme est le fils de Catherine et Serge Scalia. Catherine s’est mariée avec Serge Scalia d’où le fait que les deux GAEC se soient réunis. Il s’agit donc d’une seule et même famille qui est actuellement la 4ème génération de fruitiers/alpagistes.

Le Beaufort d’alpage :

Spécificité locale, le Beaufort d’alpage est produit à une altitude minimale de 1 500 m, avec le lait d’un seul troupeau et fabriqué tout de suite après la traite, soit 2 fois par jour. Les premières montées en alpage de la famille Poccard remontent à 1918 et le GAEC est l’un des 17 fabricants de Beaufort d’alpage. L’alpage familial est situé entre 2 000 et 2 600 m d’altitude et la famille reste en alpage 110 jours par an.
 
Portrait de famille :

Pierre Poccard est un ancien moniteur de ski. Passionné depuis toujours par le monde agricole, c’est donc avec joie qu’il s’est associé avec son père, sa mère, sa sœur et son beau-frère au GAEC Alpin. Pierre, c’est le médiateur du GAEC Alpin et celui qui a le plus d’expérience. Son rôle est aujourd’hui de transmettre son savoir. Il maitrise la fabrication du fromage à la perfection, tout comme la génétique, qu’il étudie de très près. Sa plus grande fierté est de transmettre sa passion à ses enfants. La ferme restera donc entre de bonnes mains.

Clément Poccard n’a qu’une idée en tête depuis son plus jeune âge : faire partie du GAEC Alpin. Son voeux est désormais exaucé. Il s’intéresse à tous les aspects de son métier mais ce qu’il aime le plus, c’est fabriquer le Beaufort avec son père l’été en alpage. L’hiver, il est dameur et c’est également un grand passionné de ski alpin. Son autre passion dévorante, ce sont les cloches, les Chamonix de préférence, qu’il ne manque pas de mettre sur ses vaches l’été.  

Anaïs Poccard est la dernière en date à avoir rejoint le GAEC (2021). C’est sûrement la plus passionnée de tous ! Pas un jour ne se passe sans qu’elle n’aille à la ferme. Après des études en agriculture, il était évidemment pour elle de rejoindre sa famille au sein du GAEC. Sa spécificité : tout comme son frère, elle est passionnée par les cloches et adore participer aux différents concours agricoles. Premium, vache du GAEC Alpin, a d'ailleurs remporté le concours de la race tarine au Salon International de l'Agriculture 2022 à Paris ! 

Catherine Scalia a repris la « Crèmerie Chez Marthe » à Peisey. La crèmerie porte le nom de sa maman, qui est à l’origine de sa création. C’est la fromagerie locale où l’on trouve tous les fromages (raclette, tomme de Savoie, Beaufort, yaourts, tomme de chèvre, etc.) fabriqués par le GAEC Alpin, mais pas que ! Depuis 2019, un GIE regroupant 2 autres GAEC a en effet été créé afin de mutualiser la fabrication du fromage et de permettre de commercialiser le fromage local en circuit court.  
 
Après des études agricoles et plus spécialement en machinerie, Jérôme Scalia s’oriente principalement vers la partie technique de la ferme. Dès qu’il y a un problème sur une machine, il est là pour le résoudre. De plus, il s’occupe des foins l’été et, depuis peu, Pierre lui a transmis son savoir relatif à la fabrication des fromages. Il est donc la troisième personne capable de fabriquer le fromage au sein du GAEC Alpin et du GIE la Fromagerie de Peisey.
  • Noz Sport - Sport 2000 - © Elliot Gieu
Crédit photo : Elliot Gieu

Noz Sports - Sport 2000

Philipe et Stéphanie Noz sont les deux gérants actuels de la boutique Noz Sports - Sport 2000 à Peisey-Vallandry. Nos deux hôtes vous invitent avec fierté à découvrir leur histoire familiale unique.

L’aventure commence en 1965 quand Yvon et Suzanne Noz, les parents de Philipe et Stéphanie, se lancent dans un projet fou. Yvon, originaire de Landry, et Suzanne, originaire de Peisey, ont décidé d’ouvrir, à Peisey-Vallandry, un bar doté d’un magasin de ski au rez-de-chaussée. Le Bar du Ski était né ! Ce bar convivial accueillait en service continu les vacanciers, moniteurs de ski et toute autre personne souhaitant se retrouver dans un endroit convivial pour boire un verre après sa journée de ski et louer du matériel de glisse !

Motivés par le succès de leur première entreprise, Yvon et Suzanne continuent sur leur lancée et entament en 1974 un nouveau projet tout aussi novateur : la construction d’une cabane proposant aux clients location et vente de matériel de montagne. Cette cabane fut un emblème de la destination, d’autant plus qu’elle était attenante au plus ancien restaurant de Peisey-Vallandry : Chez Félix, véritable institution à l’époque.

Dix ans plus tard, en 1984, Philippe Noz entre dans l’affaire familiale et reprend avec passion l’activité de vente et location de matériel de ski initiée par ses parents. Cinq ans plus tard, Philippe et Stéphanie continuent de développer leur activité en achetant le magasin situé au centre commercial de Peisey-Vallandry. De 1989 à 2003, les enfants Noz, dignes héritiers de leurs parents, gèrent 2 magasins de ski et matériel de montagne à Peisey-Vallandry. Pour finir, le dernier magasin Noz Sports - Sport 2000 en date est construit sur la destination en 2009.  En résumé, la famille Noz, c’est une soixantaine d’années de passion pour la montagne partagée.
  • Intersport  - © Elliot Gieu
Crédit photo : Elliot Gieu

Intersport

Pour comprendre l’histoire des magasins Intersport et Sherpa, il faut remonter 70 ans en arrière et l’esprit pionnier de la famille Collin à Peisey-Nancroix. À l’époque, la famille tenait une petite épicerie au village de Peisey sous le nom de la Maison Savoyarde. En 1948, Octave, le père de Gérard et son frère Roger Collin, ancien maire de Peisey, œuvrent au développement touristique de la vallée en construisant un équipement novateur qui marquera l’histoire de la destination : le premier télésiège 1 place « Le Lonzagne », doublé d'une perche en T à enrouleur et reliant Peisey à Plan Peisey. Au décès d’Octave, l’année de l’inauguration de l’équipement, la famille poursuit néanmoins le commerce alimentaire en introduisant progressivement l’activité de magasin de sport. Louis Glatigny, Annie Collin, l’épouse de Gérard et plus tard, Jean-Yves Richermoz, participent activement au développement de l’enseigne familiale. Un petit restaurant à fondue et bar musical appelé l’Ecurie s’ajoute alors au magasin de Peisey. S’ouvriront ensuite de nouveaux points de vente distincts à Nancroix, Plan Peisey et Vallandry, prenant au cours du temps les appellations Sherpa et Intersport.

Gérard, bien qu'aujourd’hui à la retraite, a gardé une passion intacte pour Peisey-Vallandry. Il fut un personnage très impliqué dans le développement du territoire. En effet, outre son activité de commerçant, il a été président de l’Office de Tourisme et du Sivom, maire de Peisey-Nancroix, membre fondateur du groupe folklorique Les Cordettes et moniteur de ski. Delphine a pris le relais de son père avec Jean-Yves de l’enseigne Intersport. L’activité des Sherpa fut reprise par Frédéric Mauduis, actuel président de l’Office de Tourisme de Peisey-Vallandry.

Les projets de Delphine sont désormais multiples : rénovation du magasin de Vallandry pour Noël 2022 et lancement d’un magasin nouveau au futur centre commercial de Plan Peisey « Les Cristaux Blancs ». Pour elle, les maîtres mots de l’enseigne, qu’elle cogère avec fierté, sont la passion et la transmission familiale. 
  • Col du palet  - © Elliot Gieu
Crédit photo : Romain Delasselle

Le Col du Palet

Le Col du Palet est une véritable histoire familiale qui remonte à 1904 ! Cet ancien atelier de charronnage fut transformé en bar-restaurant il y a presque 120 ans par l’arrière-grand-père de l’actuelle gérante ! L’activité de charronnage consiste en la fabrication de charrettes. C’est pourquoi une des portes de l’établissement est en biais : cette forme était nécessaire pour pouvoir sortir les charrettes de l’atelier. En 1921, des chambres seront ajoutées pour en faire un hôtel, nommé dans un premier temps, “Hôtel de la Gare” dû à sa proximité avec la gare ferroviaire de Landry. Ce n'est qu'à la fin des années 1930 que l'hôtel pris son nom actuel “Col du Palet”. L'hôtel s'est désormais transformé et propose uniquement des appartements meublés en location. Pour différencier la partie hébergement, de la partie restauration, cette première s'appelle désormais “Le Chardon Bleu”. Construit par Joseph Romanet (arrière-grand-père) en 1904, l'établissement est aujourd'hui tenu par son arrière-petite-fille Bénédicte Romanet qui l'a elle-même repris de son père Charles Romanet et de son grand-père Théophile Romanet. C'est donc une belle histoire de famille qui se perpétue… À l'instar des recettes traditionnelles, le restaurant a traversé les générations sans jamais prendre une ride. Le Col du Palet propose une cuisine familiale, généreuse et traditionnelle.
  • Blanche murée  - © Elliot Gieu
Crédit photo : Elliot Gieu

Blanche Murée

Blanche Murée, c’est avant tout un rêve de famille ! Ancien alpage de montagne, le bâtiment familial a été transfor­mé en 1993 en restaurant d’altitude à l’initiative de deux frères (Claude et Thierry Buthod) et de leur cousin (Albert Garçon). Après 28 ans de bons et loyaux services la famille Buthod-Garçon décide de rendre le tablier… ou plutôt de le remettre à leur neveu Melvyn Marchand-Maillet ! Formé dans les plus grands restaurants d’altitude et déjà gérant d’un restaurant sur Annecy, Melvyn possède une solide ex­périence dans la restauration et est sans aucun doute à la hauteur pour reprendre cette institution de Peisey-Vallandry. Si Melvyn a bien préservé l’âme conviviale et cha­leureuse des lieux, il a tout de même apporté sa touche personnelle en commençant par la création d’un snack accessible skis aux pieds ! Il propose également une nouvelle carte traditionnelle où les habitués seront ra­vis de retrouver la fameuse tartiflette, plat incontournable de Blanche Murée. Et pour conserver l’esprit festif du res­taurant, Melvyn fait appel de temps en temps à des DJs pour animer sa grande terrasse discrètement ni­chée au cœur de la forêt nommée… Blanche Murée !
  • Blanche murée  - © Elliot Gieu
Crédit photo : Elliot Gieu

Chez Félix

Le premier restaurant de Peisey-Vallandry ! Construit en 1965, le restaurant Chez Félix, situé sur Plan Peisey, n'était à l'origine qu'une petite cabane en bois qui vendait des crêpes. Et pas n'importe quelles crêpes ! Uniquement des crêpes au sucre (0,80 franc) ou des crêpes au Grand Marnier (1,20 franc). Face au succès de l'hiver, l'été suivant, en 1966, Félix Blanc décida d'ouvrir une autre crêperie Chez Félix à Rosuel, le premier restaurant situé à la porte du Parc national de la Vanoise. Il y a donc deux restaurants Chez Félix sur Peisey- Vallandry. Après 33 ans derrière sa crêpière, Félix remet en 1998 le tablier à son fils Yannick Blanc. Il est aujourd'hui le propriétaire et gérant de Chez Félix à Plan Peisey et a, depuis 2015, laissé la gérance de Chez Félix à Rosuel à son fils Marvin Blanc. Sa fille Mathilde Blanc, quant à elle, travaille aux côtés de son père depuis 10 ans pour un jour reprendre le restaurant de Plan Peisey. Mathilde et Marvin ayant tous les deux des enfants, l'avenir du restaurant est définitivement assuré…


Rédaction : Sahra Ronc & Romain Delasselle